Accueil

                Lorsque tu me reviens

 

Les pensées sur la mer portent des oiseaux fous

On ne sait trop quoi tournoie dans ce vent

Un désert une clarté une vie passée

La mouvante mélancolie miroite

Dans le bleu

Tout bleu…

 

C’est toi qui me reviens

Parfois je regarde le sable étonné

Ton pas n’est pas marqué près du mien

La mer

D’un coup

Dissout tes pas

Nous avons trop marché à la lisière des eaux

 

Tu me parles, tu dis : « L’Amour, est-ce le nom

De ma main dans la tienne, de mes cheveux, du vent ? »

Et nous marchons, moi me taisant ou répondant des mots perdus.

                                                            *

< Sommaire poésie                                                                                                             suivant >