Accueil

                Nocturne II

 

Ni la sinuosité mélodique de la ligne

Ni la teneur cachée à l’ombre des consonnes

Ne sauront rendre aux mots le désordre des rues

Il faut

Zébrer l’asphalte de lumières

Tacher d’enseignes rouges

Et bleues les devantures

Déchirer

D’un klaxon l’unicité des voix

Et donner la fraîcheur aux pages où j’ai peiné

Le reflet des clients d’un Café

L’imposer

Au rythme des passants que guide leur destin

Et de la phrase apprise

Faire l’éclatement du bleu strident d’une sirène

Dont l’effort s’est inscrit en arabesques dures

Dans le flots des voitures.

                                        *

< Sommaire poésie                                                                                        suivant >