Accueil

                    Nocturne  I

 

Rouge fluorescent     Carotte

Tabac

Bleu blanc

Parking

Scintillement jaune ampoules

Coiffure

Et la pluie la nuit luisant

Asphalte

Tirés rideaux de fer     Chaises

Empilées     Café

Lumières baissées

Rouge feu oranger clignotant

Vert piétons

Signes

 

Et nous reflets des feux du crachin de Paris

Tant divagant du cœur que nos pas sont précis

 

Vif l’air

Fraîcheur nocturne

Octobre

Soir comme les soirs

Mouillés cheveux     Imper

Perlé     Filent

Phares feux voitures

Là-haut

Plafond fenêtres chaudes     Noir

Trottoir

 

Il nous fuyait toujours un creux d’être chéri

Que rien ne peut combler hormis présence pure

De l’Aimée

Dans Paris.

< Sommaire poésie                                                                                            suivant >