Accueil

            Mise au propre

 

Mon poème je l'ai tapé

Bien recopié à la machine

Et les brouillons je les ai déchirés

D'abord en deux

Et puis en quatre

Et puis en huit pour les jeter

Mais

Relisant les belles pages dactylographiées

La nostalgie me prend de mon brouillon vivant

Manuscrit

Raturé

Couturé des stigmates

- A l'encre bleue ou noire au stylo au crayon -

D'infimes sacrifices et de veilles

Variantes corrections

Impondérables repentirs

Les fragiles brindilles du fond de mes bosquets

Mon brouillon

J'aimais m'y promener comme en un lieu secret

 

Sur la route asphaltée de mes pages nouvelles

Trouverai-je

L'odeur des vieux talus qu'on n'a pas émondés

Et les bêtes furtives

Reviendront-elles ici traverser mon chemin

A grande circulation ?

De mes forêts j'ai fait

Une voie de passage

Tracé des coupe-feu

Y respirera-t-on l'air de nos premiers temps ?

                                        *

< Sommaire poésie                                                                                            suivant >