Accueil

Mai

 

Ma fenêtre est grande ouverte

Sur les baraques de briques et les cerisiers en fleur du jardin

Plus loin les arbres hauts d’un parc ferment mon horizon

Après la pluie de toute la journée

Je respire un soleil tardif

Et je travaille

Heureux

Dans cette campagne où rien ne pourrait être mieux.

 

Il vole dans l’air

Et jusque dans ma chambre

De délicates touffes de poils ainsi qu’on en voit

Sur la page de garde des dictionnaires Larousse

 

Les arbres font l’amour

Comme nous

Au hasard hésitant des vents

 

                                        *

< Sommaire Poésie                                                                                                        Suivant >