Accueil

            Hôpital  III

 

Je voudrais que tu me pardonnes

Dans la rue mon ombre frissonne

Quand je t’oublie pour un instant

En frôlant l’ombre des passants

 

Mon regard n’est plus si lointain

Aux yeux des femmes incertains

Reflétés dans les mousselines

Lorsque je m’attarde aux vitrines

 

J’ai regardé un appareil

Photographique au magasin

Et j’ai laissé un grand soleil

Chauffer la maison ce matin

 

Pourtant je pars à la dérive

Les deux trottoirs sont mes deux rives

Dans mon canot automobile

Lorsque je traverse la ville

 

En me guidant sur les étoiles

Qui convergent vers l’hôpital

Constellation de mes désirs

Où je peux te voir à loisir.

                        *

< Sommaire Poésie                                                                                Suivant >