Accueil

         Les cloportes au soleil

 

Sous ma lampe dont la clarté

N’est pas déserte, hélas !

Je préfère encore

Les contours de mes objets familiers

A l’ombre de mes tourments

Et pourtant

C’est là que je viens à moi-même brûler

 

Table si tu étais le bureau d’un marchand

Bureau de financier

Le bureau d’un expert

Un bureau d’architecte

Bureau de médecin

Un bureau où les affaires

Sont les affaires

Et non pas le bureau de celui qui se cherche !

 

C’est alors que j’ai posé la question :

Entre toi et toi qu’y a-t-il

Qui vous sépare ?

D’année en année lentement mûries

Se pressaient les réponses en cohortes serrées :

Un métier

Des enfants

Une femme ou encore

Le temps les soins d’une maison

Alors j’ai posé de nouveau ma question :

Entre toi

Et toi ?

Comme les cloportes au soleil lorsqu’on lève la pierre

S’égaillaient les réponses

Entre toi et toi il n’y a rien

Que toi

 

Tu ne peux reprocher au chemin ses broussailles

Si toi-même restes assis

A l’ombre du talus.

                                            *

< Sommaire poésie                                                                                                    suivant >