Accueil

        Brasserie de la gare de l'Est

 

Sous l'espace immense de la verrière

Du grand hall de la gare de l'Est

Je marche parmi la foule

Je marche

Les autres marchent

Et tournent autour de moi comme tournoient

            L'alignement des trains

            Les "Journaux" les "Buvettes"

            Quand je tourne la tête

Se heurter se croiser se suivre et conserver

Le sens aigu de son identité

Parmi la foule

Du grand hall de la gare de l'Est

 

J'entre dans la Brasserie espace

Vaste de verre enclos

Dans l'espace

Immense de la verrière

Et je choisis ma place face

Au spectacle mouvant de ces gens

            Au mystère des gares

            Mystère des regards

Qui parfois se posent sur moi

Ces gens qui passent et se mêlent

Faune étrange d'êtres vivants

Recouverts de leur vêtement

Qui les montre et les cache

Chacun pourtant sait où il va

Car chacun d'eux suit son chemin

Comme moi

La grande noire entre en dansant

Et se perd

Quelque part

Un beau vieillard aux cheveux blancs

Se lève et passe contre ma table

Il est l'heure de son train

 

Étrange faune que ces gens

Dont je surprends les attitudes

Lorsqu'ils s'y attendent le moins

Je rencontre parfois leurs yeux

Leurs yeux qui portent des pensées

Comparables

Peut-être aux miennes

Car on a tort de se croire seul

A observer ses congénères

Ses semblables ses frères.

                            *

< Sommaire Poésie                                                                                        Suivant >