Accueil

        Barroubio

 

Sur le plateau du Minervois

Il y a

Un sentier dans les cailloutis

Et les buis

 

On y descend

En flânochant

A l’étroit

Le chêne vert

Et le calcaire

Y sont rois

 

Le soleil sèche

Les roches rêches

Dans les gris

Et nos figures

Sous la griffure

Du maquis

 

Près du ruisseau

Au frais de l’eau

Qui gargouille

Un cimetière

Chauffe ses pierres

Et sa rouille

 

Des morts au calme

Dans cette balme

En terrasse

Dont nous lisons

Les anciens noms

Qui s’effacent

 

Puis nos bras nus

Brûlants tendus

Font des signes

En plein midi

Aux ceps noircis

De la vigne

 

Là-bas l’air tremble

De ce qui semble

La chaleur

Mais le côteau

Flamboie plutôt

D’un bonheur

 

Quand nos pieds blancs

Dans le courant

Qui les glace

Créent des remous

Comme un caillou

Qu’on déplace

 

C’était un jour

Un endroit pour

L’insouciance

On ne comprend

Jamais le temps

A l’avance

 

Sur le retour en camping-car

Il est tard

Aux faisceaux des phares tremblants

Les enfants

Ont chantonné quelques comptines

Enfantines.

                            *

< Sommaire Poésie                                                                                                        Suivant >