Accueil

        Amour l’après-midi

 

Tu n’as pas su quand je me suis levé

Tu n’as pas su tant le soleil est bas

Tant le sommeil avait roulé

Sa chevelure d’algues douces

Autour de ton visage heureux

 

J’ai mis un pied hors du drap soulevé

J’ai retenu le souffle de mes pas

Et j’ai quitté le lit foulé

De nos empreintes tiédies où

Se perpétue un songe à deux

 

Il aurait pu n’être rien que rêvé

Il est monté de l’ombre de tes bras

Lorsque le jour fut écoulé

Comme une fleur obscure pousse

Le Poème des amoureux…

                             *

< Sommaire Poésie                                                                                    Suivant >