Accueil

                        Absence

 

Une forme de femme à la courbe marine

Souvent sommeille en moi qui sais le cacher bien

Cette forme c’est toi ou dans une vitrine

Ce reflet inconnu qui réveille tes seins

 

Pourtant je marche ici dans une rue vivante

Les gens qui m’ont heurté voient en moi un passant

Je passais en effet mais je pensais à Nantes

Où s’en vont tous mes pas quand je marche à Sedan

 

Ce sont mes draps urbains les arbres qui me bordent

Moi je suis dans la rue comme on rêve en son lit

Des arbres plus feuillus car les printemps s’accordent

S’épanouiront pour toi qui marches loin d’ici.

                                                *

< Sommaire poésie                                                                                                       Suivant >